Phoebe Green – Lucky Me


Après avoir travaillé sur la voie musicale pendant un certain temps, Phoebe Green sort son premier album “Lucky Me”. L’auteure-compositrice-interprète née à Manchester a longtemps joué principalement de l’indie pop à la guitare. Mais maintenant, elle adopte une approche différente. La guitare a été mise de côté et l’électropop a fait son apparition. “Lucky Me” est un album audacieux avec lequel Phoebe s’est mise sur la carte. Vous voulez en savoir plus à ce sujet !

Avec des influences de tous les coins de la musique pop (de Billie Eilish, Lady Gaga et HAIM, à FKA Twigs, Lorde et Radiohead), Phoebe Green a tout un mélange. Son album part dans tous les sens. Le morceau d’ouverture “Break Your Heart” donne à l’album un début psychédélique et mystérieux tandis que “Just A Game” est une vraie chanson pop. La collection colorée de genres montre la diversité de Green. Et tout cela colle étonnamment bien sur “Lucky Me”.

L’album contient beaucoup de paroles personnelles. La jeune chanteuse a traversé une période difficile et doit se rappeler qu’elle a eu de la chance avec la vie qu’elle a maintenant. Les mots “chanceux moi” sont tatoués sur le dos de sa main pour une raison. Elle raconte cette histoire sur la chanson titre des années 80. Les journées deviennent plus dures, mais elle est dite gâtée dès qu’elle en parle. Elle doit avoir de la chance avec ce qu’elle a. Un texte sombre sur une chanson joyeuse. Et Green n’est pas opposé à cela.

L’un des points forts de ‘Lucky Me’ est la chanson hyper-pop “Crying In The Club”. Un couplet parlé est entrecoupé d’un refrain chanté. Une chanson très polyvalente qui est très différente de toutes les chansons de cet album, mais qui s’intègre étonnamment bien entre les deux.

Bien qu’il semble que Green ait essayé de rester à l’écart de la musique pop, elle n’y parvient pas tout à fait. “Make It Easy” repousse peut-être les limites de la pop, mais aurait pu figurer sur le dernier album de Billie Eilish, “Happier Than Ever”. D’autres chansons comme « Just A Game » et « One You Want », qui parlent toutes deux d’une relation d’amis avec des avantages, sont également des chansons pop typiques : juste un peu trop surproduites, accrocheuses et pas très surprenantes.

Cette surprise est au premier plan sur les quatre derniers titres de l’album. Le côté obscur de Green ne se cache plus derrière une musique joyeuse, mais s’entend désormais sur l’électropop avec une touche de drame. Par exemple, “DieDieDie”, qui aurait bien pu être une chanson de FKA Twigs, est une ballade avec un joli rythme. Les paroles les plus lourdes de l’album se trouvent ici : “Je souhaite que je puisse rétrécir jusqu’à ce que je puisse tenir dans un médaillon que je pourrais accrocher à ton cou, je t’étoufferais à mort”. Il est clair que Green a écrit cette chanson alors qu’elle traversait une période sombre. Néanmoins, il parvient à tenir le coup sur l’album – la plupart du temps – joyeux.

Les morceaux de clôture “I Wish You Never Saw Me Cry”, “Leach” et “I Don’t Wanna Make You Cold” peuvent également être là. Des mystérieuses batteries électroniques aux distorsions de voix. L’artiste indépendant de Phoebe Green a carte blanche. Cela montre qui est Phoebe et quelles sont ses influences. C’est son premier album et le grand public n’a pas encore fait sa connaissance, mais Phoebe Green dit déjà qu’elle peut encore aller dans n’importe quelle direction. Souvent un artiste réussit moins bien, mais avec le jeune britannique extravagant c’est parfait. En route pour plus ! (8/10) (Chess Club Records)

Change consent