Stella Donnelly – Flood

L’auteure-compositrice-interprète australienne Stella Donnelly a sorti son deuxième album “Flood” la semaine dernière et cela ne devrait pas passer inaperçu et ne pas être remarqué par les amateurs de meilleure musique pop. Avec une voix qui rappelle parfois celle de Suzanne Vega à ses meilleurs jours, mais avec des chansons bien meilleures, Donnelly sait tout de suite conquérir l’auditeur. Si vous êtes alors quelques tours plus loin, il y a de fortes chances que Donnelly ait un nouveau fan. Quel très bon album celui-ci !

La production est claire, poppy, avec la voix peut-être un peu trop franche dans le mix, après deux chansons on est habitué à ça et on peut se plaindre de tout. Pendant onze chansons, Stella entraîne l’auditeur dans une multitude de sujets, pour la plupart introspectifs, souvent abordés de façon saisissante malgré la lourdeur des sujets. L’ouvreur “Lungs” vous entraîne immédiatement dans l’univers Donnelly avec une voix contagieuse et tumbling. Ne vous y trompez pas, c’est une chanson venimeuse sur les personnes expulsées de chez elles à cause de l’amiante. « Long live the asbestos on the rental » ; Je n’ai jamais entendu les paroles d’une chanson auparavant.

Dans le sombre et lourd “Oh mon, mon”, Donnelly traite la mort de sa grand-mère. Ce n’est pas souvent qu’une chanson aussi simple m’a saisi si profondément. Donnelly sait exprimer une expression plus audacieuse dans sa voix comme la référence susmentionnée Suzanne Vega. Presque cinématographiquement, en noir et blanc, des images floues d’un village déserté et qui pleure sous la douche. Chaire de poule. Tout son album n’a pas de moment faible. Je veux souligner un autre point fort. “Underwater” parle d’une relation toxique, vous l’écoutez comme si vous étiez pris dans une pièce radiophonique.

« You drew back the curtain on my adolescence And condemned me to my working life »

Portée par le piano, Stella Donnelly s’expose complètement. Si vous pouvez le faire de cette manière, mais osez certainement aussi, alors il y a de l’art. Art? Oui! Stella Donnelly utilise sa musique pour vous toucher émotionnellement, vous faire réfléchir et vous faire perdre l’équilibre. Donc l’art. L’ensemble de l’album est donc d’un niveau musical et artistique exceptionnellement élevé. Pourtant je ne donnerai pas le 9, pour moi le plus élevé possible. Ce qui manque, c’est l’innovation, une innovation qui vous envelopperait complètement. Maintenant, c’est “juste” l’un des meilleurs albums de cette année jusqu’à présent. (8/10) (Secretly Canadian)

Change consent