Julian Lennon – Jude

Le nouvel album de Julian Lennon, “Jude”, sortira le 9 septembre. Un titre avec lequel il semble se résigner au fait que le monde entier le verra toujours comme ‘le fils de’. “Jude” fait évidemment référence à l’un des plus grands succès des Beatles, “Hey Jude”, qui devait à l’origine s’appeler “Hey Jules”, et parle de Julian. Julian a toujours eu une relation difficile avec son père et ce n’est que très récemment que Julian a finalement reconnu et embrassé son destin. C’est un Lennon.

L’artiste aujourd’hui âgé de 59 ans a désormais une œuvre, c’est le moins qu’on puisse dire. Cela a commencé en 1984 avec son album très bien accueilli « Valotte ». En attendant, “Jude” sera son septième album et son premier en dix ans. En 1991, Lennon sort l’album “Help Yourself”, qui contient la chanson “Saltwater”. C’est à mon avis la chanson la plus sous-estimée de tous les temps, celle avec laquelle Julian parvient à se rapprocher étrangement de l’œuvre de son père légendaire.

“Jude” a été produit par Julian, comme toute sa musique depuis 1984, avec son meilleur ami Julian Clayton. Vous pouvez entendre sur l’album à quel point ces amis sont à l’écoute les uns des autres. Les arrangements sont bien pensés et visiblement rien ne s’est passé du jour au lendemain. Ils ont mûri au fil du temps et ont essayé encore et encore.

L’album se compose de 11 belles compositions pop/rock, dans lesquelles il apparaît une fois de plus que la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre. Sur le dernier morceau “Gaia”, nous entendons des contributions d’invités de Paul Buchanan, que nous connaissons du groupe écossais The Blue Nile et de l’artiste franco-japonaise Elissa Lauper, qui a contribué aux paroles et à la composition.

“Gaia” est une composition d’une beauté surnaturelle qui ferme automatiquement les yeux et vous fait vous retirer dans un univers méditatif. Un univers auquel on ne peut accéder qu’avec une musique particulièrement belle en guise de clé. La voix d’Elissa, qui en français, à l’oral, vous prend par la main, les voix de Julian et Paul, qui se mélangent à merveille sur une palette et produisent les plus belles couleurs. Comme c’est beau.

Dans l’ouverture «Save me», nous entendons immédiatement à quel point le chanteur Julian Lennon est devenu bon. Un petit début, qui se développe en une pièce magnifiquement arrangée. “Every Little Moment” est un pastiche pop des années 80 du meilleur genre. Vous entendez Duran Duran dedans, des morceaux de Simple Minds, mais c’est tout Julian Lennon de toute façon. Et puis un beau solo de guitare à l’ancienne, comme il se doit. Vous voulez vivre cette expérience en direct un jour. “Not One Night” est Lennon dans la base. La voix et une guitare. C’est juste triste à quel point le père et son premier-né se ressemblent ici. Julian a maintenant 19 ans de plus que son père. Ici réalité et mémoire se confondent. Quelle beauté.

Je peux aller sur. “L’amour ne me laisse pas tomber”, “Breathe”, “L’amour ne meurt jamais” ; toutes perles brillantes. Il n’y a littéralement pas de note faible sur cet album. en tant qu’auditeur je suis touché, encore et encore, j’écoute l’album encore et encore les yeux fermés et ça rentre. Rien de nouveau, rien d’innovant ne se produit, à l’exception de la beauté éthérée et sans précédent de “Gaia”, mais cet album offre tellement de beauté qu’il est écrasant. “Jude” de Julian Lennon est le meilleur album pop/rock sorti en 2022 à ce jour. Que ce soit pour l’éternité, c’est au public de décider. (9/10) (BMG)

Change consent