John Mellencamp – Strictly a One-Eyed Jck

Avec “Strictly a One-Eyed Jack”, John Mellencamp sort son 25ème album. L’album compte 12 nouveaux titres et dure un peu plus de 45 minutes. Ce qui est spécial, c’est qu’il contient trois morceaux que Mellencamp a enregistrés avec nul autre que Bruce Springsteen. Il ne faut pas s’attendre à ce que Mellencamp, soixante-dix ans maintenant, représente toujours le rock du cœur autant qu’il l’a fait dans les années quatre-vingt, avec de grands albums comme “John Mellencamp”, “The Lonesome Jubilee” et “The Scarecrow”. Avec le hit “Jack & Diane”, Mellencamp a un vrai classique à son actif, mais aussi des hits comme “R.O.C.K. in the USA” et “Paper in Fire” sont toujours très agréables à écouter.

L’album sonne bien pour commencer. David Leonard, qui a déjà collaboré avec John Mellencamp sur “Human Wheels” et a une carrière extrêmement réussie en tant que mixeur et producteur, a fait tout son possible pour donner à l’album un beau son ‘sépia’-brun qui s’accorde immensément bien avec l’impressionnant voix de Mellencamp. Au niveau de la production, l’album me rappelle G”rave Dancer’s Union” de Soul Asylum. qui, bien qu’arrangé plus largement, mais avec la même franchise dans le son, a déjà fait une telle impression.

Mellencamp ne rock pas sur cet album comme il l’a fait il y a quarante ans, mais un très bel album est sorti. Americana magnifiquement chantée avec des influences country et de très belles paroles. Un véritable album d’écoute de fin de soirée, également fortement recommandé pour les déplacements.

L’ouvreur “I always lie to strangers” attire immédiatement votre attention. Vocalement, vous remarquez immédiatement que la voix de Mellencamp a encore mûri et a été incroyablement bien enregistrée par Leonard. Ici et là, j’ai eu un déjà-vu du travail ultérieur de Willy Deville, alors qu’il chantait sur un album comme “Pistola”. Merveilleusement ouvert arrangé avec un solo de violon dedans. Exactement comme il se doit.

L’un des points forts de l’album est le duo avec Bruce Springsteen “Say such a thing”. Quel groove merveilleux, et quelle couleur ces voix ensemble magnifiquement comme un bourbon très fort, tout droit sorti d’un fût de chêne. Et puis il y a ce solo de guitare hurlant. Plaisir ultime. Pourquoi ces deux grands ne se rencontrent-ils que maintenant ?

La ballade “Gone so Soon” me donne la chair de poule à des endroits où je n’en ai pas eu depuis longtemps. Comment quelques accords de piano simples, dans une progression assez obligée, peuvent aboutir à quelque chose de phénoménalement beau. Cette voix sombre de Mellencamp, la seconde voix d’une femme par-dessus. Puis. Une trompette du ciel. Chet Baker n’est-il pas mort après tout ? Mon souffle s’arrête devant tant de beauté, ferme les yeux et profite.

Il n’y a pas de mauvaise chanson sur cet album. Toutes les pistes sont lues au même niveau le plus élevé. Mellencamp a mis en place une équipe avec seulement des attaquants marquants.

Mais quand tu termines avec une chanson comme “A life full of Rain”, encore un duo avec Springsteen, alors tu as gardé le meilleur pour la fin. “Heartwrenching” est le solo de guitare, comme il se doit. Cela ne me surprendrait pas du tout si cet album, surtout aux États-Unis, était nominé pour un Grammy Award.

Avec cet album, Mellencamp livre son meilleur travail depuis des décennies, peut-être même le meilleur album de toute sa carrière.
Alors l’album mérite-t-il un 9 ? En fait, l’album mérite certainement cela, mais j’ai juste la dure condition qu’un album doit être incroyablement bien produit et joué, avec des chansons de premier ordre, il doit aussi être innovant. L’album n’est pas innovant, donc pas de 9, mais je n’ai rien entendu de mieux cette année, restons-en là. (8/10) (Republic Records)

Change consent