Journey – Freedom

Malgré tous les changements de line-up, les luttes internes et le fait que l’album précédent, l’assez solide et sympathique “Eclipse”, date de 2011, nos amis américains d’AOR ont toujours continué à tourner presque sans arrêt. Ils sont toujours au même niveau élevé en termes de popularité. Du moins en Amérique. Assez spécial pour un groupe qui se nourrit des tubes d’antan. Cela peut indiquer à quel point le groupe est toujours bon en direct, en particulier avec le dernier ajout vocal, le Philippin Arnel Pineda, qui est également avec eux depuis 15 ans. Les tracas avec les anciens membres virés du bassiste Ross Valory et du batteur Steve Smith (en raison d’une tentative de reprendre le nom de “Journey”, eh bien) ont résolu le groupe en faisant jouer l’album entièrement par Randy Jackson (basse) et le batteur Narada Michael Walden . Qui ont ensuite été remplacés par resp. Todd Jensen et l’ancien membre Deen Castronovo. Vous suivez toujours ? Qu’à cela ne tienne, un nouvel album de Journey est sorti et quel album ! Pas moins de quinze joyaux ont été épinglés à l’époque de Corona. Nous pouvons à nouveau cocher toutes les cases familières : des refrains « feel good » mur à mur ? – check, solos endiablés ? – chèque, ballades glissantes rejoindre? – check, beau piano mélodique ? – Chèque. Mais il y a aussi quelques surprises à noter.

Pour commencer avec cette dernière catégorie. La première surprise est la production un peu moindre, malheureusement. C’est peut-être le courant de Frontiers, mais tout l’album sonne un peu plus terne et moins lisse que ce à quoi nous sommes habitués de la part des messieurs. Pas un deal-breaker, mais il faut un certain temps pour s’y habituer. Espérons que le son du CD de “Freedom ne sera pas trop mauvais.

De plus, le blues midtempo du premier single “The Way We Used to Be” est à peine reconnaissable en tant que Journey, mais c’est une sacrée chanson. D’une beauté addictive même; Comprend également un joli clip d’animation. Le “Come Away With Me” suivant a également un son différent avec son travail de guitare solide et sa voix rugueuse. Dans le “Let it Rain” à nouveau assez lourd, l’esprit de Jimi Hendriks coule à travers et Schon est autorisé à se déchaîner. Nous avons aussi rarement entendu le rythme hack-on-the-branch dans le tout aussi dur “Holdin’ On” sur un album Journey. Tout comme le “All Day All Night” encore une fois assez lourd. Les deux derniers ne sont pas les morceaux les plus forts, mais ils sont rafraîchissants et bons pour changer.

Mais la majorité se compose de chansons faciles à entendre avec une touche de pavot. Par exemple, l’ouverture “Together We Run” est magnifiquement construite grâce à un beau jeu de piano et à la voix claire de Pineda, avant que Neal Schon ne se joigne à nous et que le refrain accrocheur vous emmène. L’intro de “Don’t Give Up On Us” est volée à leur propre “Seperate Ways”, bien que la chanson continue de se développer dans une direction différente. Le récent single “You Got The Best Of Me” est un chant en accompagnement rythmé et édifiant. Il en va de même pour “Don’t Go”, bien que celui-ci soit moins impressionnant. L’album se termine par l’épopée de sept minutes ” Beautiful As You Are “. C’est tant mieux car la chanson qui commence comme une ballade fragile s’avère être un tube. Dès que les touches de Cain entrent en jeu, le tempo s’accélère et la chanson se transforme en un rocker de grande envergure avec un Neal Schon encore une fois exceptionnel dans un long solo.

Et puis nous arrivons à la catégorie évanouissement. Après tout, Journey a grandi avec de belles ballades telles que “Faithfully” et “Open Arms”. Étonnamment, il n’y a que trois vraies ballades entre les quinze chansons. Le premier, “Still Believe In Love” est un garçon très discret, un peu trop lisse pour moi, qui me rappelle les nombreuses chansons trop douces du dernier album avec Steve Perry (“Trial By Fire” de 1996). Bien que Schon sauve l’honneur avec un solo enflammé, comme si souvent. Non, alors le long “Live To Love Again” est beaucoup plus impressionnant, bien que très reconnaissable. Il a une belle accumulation, un chœur exubérant de briquets en l’air et un travail de guitare merveilleux. Enfin, la chanson de Castronovo est quelque peu retenue. “After Glow”, qui est un peu moins impressionnant, car encore une fois juste sur le côté doux.

Mais en conclusion, on peut dire que Journey a fait un album fin et effectivement varié. L’AOR a été largement remplacé par le rock mélodique, dont nous ne sommes pas crus. Les singles au plus arriveront probablement sur scène, comme c’est le cas avec un groupe de grands succès, mais à la maison, vous pouvez profiter de cet ambitieux “Freedom” de 73 minutes dans un avenir prévisible. Merci messieurs et revenez faire le tour de l’Europe ! (9/10) (Frontiers Music)

Change consent