Alan Parsons – From the new World

Trois ans après son prédécesseur, Alan Parsons revient enfin avec un nouvel album, intitulé “From the new World”. Après le prédécesseur extrêmement bien accueilli “The Secret”, Parsons, qui est en partie responsable du son de la musique pop et rock d’aujourd’hui, continue sur la même voie. Malheureusement, pour le moment, du moins, cet album devra se passer d’une tournée de soutien, qui était déjà prévue. Parsons a dû subir une intervention chirurgicale qui a annulé toute la tournée.

Le nouvel album contient 11 nouveaux morceaux, qui portent tous sans équivoque la signature du maître dans le son et la composition. Encore une belle fusion de rock progressif, de musique classique et de rock classique. Ce dernier est devenu à peu près l’unique argument de vente de la musique de Parsons. Cette fois aussi, Parsons donne crédit à un certain nombre de musiciens qui n’ont jamais participé à un album d’Alan Parsons pour apporter leur contribution. De beaux noms sur cet album sont le chanteur Tommy Shaw et le guitariste Joe Bonamassa. Moins connu aux Pays-Bas est David Pack, ancien chanteur d’Ambrosia et très réussi en tant que producteur dans son travail avec des artistes tels que Phil Collins et Aretha Franklin. Son association avec Alan Parsons remonte à 1975 lorsque Pack jouait de la guitare sur “The Raven” du légendaire album “Tales of Mystery and Imagination”. Outre Pack chante également James Durbin, connu pour avoir terminé à la quatrième place sur American Idol il y a quelque temps, puis en tant que chanteur du groupe de rock Quiet Riot.

Parsons a de nouveau un gentil who is who pour le générique de l’album. Cet album est, tout comme son prédécesseur, celui qui a besoin de plus de tours pour ‘grandir’ dans l’oreille. Mais quel bon album c’est devenu. Il n’ira pas haut dans les charts, c’est trop old school pour ça, mais sur “From the new World”, il y a très peu, sinon rien du tout à dire à ce sujet en tant que critique. Stylistiquement, Parsons revient sur des temps révolus avec son nouvel album et l’album peut facilement être placé entre des sorties comme “I Robot” et “Eve”. Mais “From the new World” est mieux.

Bien sûr, il y a probablement beaucoup de critiques qui rejetteront cet album comme étant ennuyeux, prévisible et somnifère. Si votre cadre de référence est Lady Gaga ou Dua Lipa, vous pourriez le penser. Cependant, si vous jugez cet album sur ses mérites, sa musicalité, la qualité des compositions et de l’exécution, la conclusion ne peut être que Parsons en a fait un qui appartient à son top 5 personnel avec cet album.

L’ouverture “Fare Thee Well” est légèrement basée sur la 9ème symphonie de Dvorak, et plus loin dans l’ouverture rappelle fortement “Sirius”. Dans les paroles, il fait référence à son premier album “Tales of Mystery and Imagination”. Si vous écoutez attentivement les paroles, vous avez presque peur, vu l’état de santé de l’homme en ce moment. Une phrase comme «Quand le corbeau a frappé à votre porte, il chantait votre propre air» semble une référence claire à la mort imminente, couplée à une référence à «The Raven» sur le premier album de son projet. Répugnant. Il y a des rebondissements plus spéciaux dans cette chanson. Surtout “Uroborus” est une belle piste. Très surprenants sont les meilleurs vocaux de Tommy Shaw, aujourd’hui chanteur de Styx, mais qui était une vraie femme de chambre hurlante lorsqu’il fournissait encore le chant principal pour Damn Yankees avec nutcase certifié et Trump Follower Ted Nugent à la guitare. Shaw a certaines des meilleures voix rock du secteur, et cela se voit vraiment ici.

“I Won’t be led Astray” avec Pack au chant a une belle accumulation pour un refrain qui est vraiment magnifiquement chanté. Quel bel agencement. Et puis cette guitare doucement pleurante de Joe Bonamassa qui se transforme en un beau solo vous donne la chair de poule. Un dernier point culminant est la clôture “Be my Baby”. Correct, une reprise des Ronettes, chantée par Tabitha Fair. Beaucoup laisseront tomber le record à ce stade. Une pochette sur un album de Parsons ? Et puis un autre ? Personnellement, je l’aime. Parsons fait ce qu’il veut. Une chanson qu’elle aime toujours écouter dans la voiture. Nice, n’est-ce pas? Au début, il met un instant l’auditeur sur la mauvaise voie en faisant ressembler l’intro à celle de son propre tube “Don’t Answer Me”. Respect.

“From the New World” est l’un des meilleurs albums d’Alan Parson. Un chef-d’œuvre. (9/10) (Frontier Records)

Change consent