David Paich de Toto : « Je n’ai pas encore fini »

Photo (c) Alex Solca

Cette semaine, David Paich sort sa première sortie solo sur le label Mascot Players. Sous le titre “Forgotten Toys”, Paich, que la plupart des mélomanes connaîtront comme l’un des fondateurs de la machine à succès américaine Toto, sort un EP avec 7 nouveaux titres. Avant même la sortie de l’EP, Maxazine a parlé à un David Paich de bonne humeur, qui se détendait dans son espace de travail plaqué or dans sa maison sous le soleil de Californie, de son premier bébé, mais aussi de Toto et plus encore de la musique.

“Forgotten Toys” s’est avéré être un grand EP que beaucoup dans le monde de la musique envieraient. Cependant, il est devenu un EP plutôt qu’un album complet. Et cela alors qu’il pourrait encore y avoir plus qu’assez de matériel sur les étagères après toutes ces années d’activité dans la musique. « Oui, attendez une minute, cet EP n’est pas une collection de démos glorifiées ou de vieux morceaux de Toto qui n’ont jamais fait l’objet d’un album, ne vous y trompez pas. J’ai écrit ces sept morceaux tout au long de la pandémie corona. Je ne pouvais rien faire d’autre, alors j’ai commencé à écrire de la musique. Lorsque Steve Lukather et Joseph Williams ont finalement sorti leurs albums solo au début de l’année dernière, Joseph m’a finalement convaincu que c’était le bon moment pour sortir mon propre travail. Joseph a également beaucoup contribué au matériel en tant que chanteur et arrangeur mais aussi au niveau de la production. Je dois beaucoup à Joseph. »

C’est d’autant plus remarquable d’entendre que Paich a écrit tous les morceaux récemment, surtout quand on écoute une chanson comme “Spirit of the Moonrise”, par exemple, qui a vraiment l’impression d’avoir été écrite à l’époque de l’album de Toto “Isolation”. Cela rappelle “Angel Don’t Cry” avec Fergie Frederiksen au chant. David obtient un grand sourire sur son visage et s’assoit pour cela. « C’est vraiment une observation d’un vrai monstre Toto », dit-il en pointant son doigt. « Maintenant que vous le mentionnez, je peux l’imaginer, mais j’écris juste comme j’écris, pour moi, Toto ne peut pas être divisé en une période” d’isolement “ou une période” Septième “. C’est toute notre musique et elle aura une “touche” différente selon le line-up. Vous entendez maintenant un vieux hit de Toto dans un numéro solo de Paich, ce qui prouve mon point ! »

« Que pensez-vous de l’EP ? », poursuit Paich en reprenant l’initiative. « Bref, je trouve surtout que c’est ‘fini trop vite’ », je réponds, « je trouve que c’est une belle collection de pièces très bien composées, qui dans leur style montrent la diversité d’où vous venez et que vous représentez en tant que compositeur. De l’ouverture d’ouverture classique au magnifique morceau de clôture de jazz “Lucy”, il est fait avec beaucoup de savoir-faire et d’amour. » C’est calme pendant un moment de l’autre côté. « Wow », dit Paich. « Je suis très content de cela, si vous avez réussi à le faire savoir, j’ai accompli ma mission, c’est exactement ce que je voulais transmettre. »

« Au cours de ma vie, j’ai eu la chance d’avoir grandi dans une famille et un environnement très musicaux. J’ai fait cet EP avec mes amis d’enfance et des exemples, des hommes qui jouaient encore avec mon père comme le pianiste Michael Lang, qui jouait le fantastique solo de piano sur “Lucy”. J’ai aussi beaucoup aimé travailler avec mon ami d’enfance, le guitariste Dean Parks, après une longue période. »

« Dean Parks… », nous faisons irruption dans Paich. « Vous voulez dire que vous avez Dean Parks sur “Forgotten Toys” ? L’homme du solo de guitare inoubliable sur “Rose Darling” de Steely Dan? » Nous avons éclaté ensemble dans un rire incontrôlable. Paich s’assied complètement et dit: « Tu a un nerd! Il n’y a pas eu un journaliste musical au cours des 20 dernières années qui aurait dit cela ! Mais bon, Dean a grandi avec moi et ensemble nous avons fait de la super musique, dont en effet “Katy Lied”, le magnifique album de Steely Dan, qui présente aussi Jeff Porcaro d’ailleurs. Un autre quiz pop amusant de cette époque est que nous sommes sur l’album ensemble, mais nous n’avons jamais été en studio ensemble auparavant! »

Il est temps de reprendre l’initiative de son coup de coeur sur l’EP et pourquoi. Paich n’a qu’à réfléchir à la question pendant quelques secondes. « Mon morceau préféré est ‘Lucy’, il est dédié à mon défunt père Marty Paich et à Mel Torme, le père de James qui est également sur le morceau. “Lucy” n’est peut-être pas la chanson qui fait immédiatement penser à moi, mais c’est l’idiome musical dans lequel j’ai grandi et que j’apprécie vraiment. Il pourrait être amusant de vous dire que la chanson porte le nom de Lucy van Pelt de la bande dessinée Peanuts. Vous savez avec Snoopy de Charles Schulz, ma bande dessinée préférée. »

Photo (c) Eus Driessen

Le temps presse et bien sûr, je ne laisserai pas passer l’interview sans m’enquérir de l’état des choses avec son idée originale Toto. « Comme vous êtes sûr que je ne pourrai plus tourner avec mes potes de Toto et croyez-moi, c’est dommage car, avec la tournée Dogz of Oz, le groupe a l’un de ses line-up les plus solides, je peux vous garantir que. Je suis toujours impliqué, appelez-moi le directeur musical si vous voulez. Je suis aux répétitions, je détermine la set list de la tournée et je travaille sur les arrangements. C’est juste la tournée que je n’aime plus, malheureusement. » Ce n’est qu’à Amsterdam que la légende est montée sur scène pour cinq chansons, car il se trouvait qu’il avait un jour de repos entre son passage à Montreux et ses vacances.

Entendra-t-on un jour l’un des morceaux de “Forgotten Toys” en live ? « Ne jamais dire jamais », conclut Paich dans l’interview. « Peut-être que les gars voudront en inclure un jour dans leur set live, ou peut-être que j’en jouerai un jour quand je serai invité, comme cette année, à venir au Montreux Jazz avec Nathan East. Je suis loin d’avoir fini. »

 

Change consent