Bonga enchante Rotterdam

Parfois, les concerts s’avèrent bien plus qu’une performance musicale d’une heure ou deux. Puis un concert apparaît soudainement pour rassembler les gens et un artiste sait transmettre une ‘vibe’. C’est une sensation agréable. Il arrive rarement qu’un artiste et son public portent une performance à un niveau supérieur, puis une synergie se dégage pour que l’énergie avec laquelle chacun rentre chez soi soit supérieure à la somme de ses parties. C’est ce qu’on appelle la magie.

Le week-end dernier, le parrain de la musique angolaise, Bonga, a joué deux fois au Stage Grounds. Grounds est une salle modeste avec un programmeur très doué. Regardez la programmation et vous savez que chez Grounds, ils savent ce qu’est la bonne musique du monde. Que vous puissiez ensuite jouer au Bonga deux soirs de suite est un miracle.

Rotterdam, Les Pais Bas, où se trouve Grounds, est le point central de la diaspora des personnes qui parlent portugais aux Pays-Bas. Portugais, Angolais, Brésiliens, Capverdiens, tous ceux qui voient Bonga comme leur héros l’auront connu.

Bonga a maintenant 79 ans. Il célèbre son cinquantième anniversaire en tant qu’artiste avec son nouvel album Kintal da Banda, sorti en février dernier. Un album sur lequel Bonga ne prend pas de recul, pas de concessions, pas de ‘take it easy’. C’est un album fantastique.

Juste après neuf heures du soir, le groupe de Bonga est monté sur scène. Le public a levé son téléphone en masse pour filmer l’instant. Le moment où nul autre que la légende vivante Bonga monterait sur scène ici à Delfshaven se rapprochait de plus en plus. Bonga restera à jamais l’un des représentants de la musique panafricaine. Il est à égalité avec d’autres représentants du mouvement musical panafricain tels que Fela Kuti du Nigeria et Africando du Sénégal. Bonga a amené la Saudade et la Kizomba sur la scène mondiale, et continue de le faire.

Puis Bonga monte sur scène. L’accueil est chaleureux et témoigne de l’émotion qui règne chez les visiteurs majoritairement d’origine angolaise, capverdienne, portugaise ou brésilienne. ‘Papa Bonga !!!’ criaient hommes et femmes. “Bonga, você é nosso rei”, “Bonga tu es notre roi” crient quelques jeunes hommes.

Bonga ne semble pas avoir un jour plus de cinquante ans. Quelle énergie. Il chante, danse et joue son dikanza avec le feu. La salle danse et chante. Les gens sourient partout où vous regardez. Bonga puise l’énergie de la pièce et la restitue au triple. La chair de poule dans le dos. Puis Bonga ralentit. Il revient sur son album légendaire ‘Angola 72’ et utilise le classique ‘Mona Ki Ngi Xica’. La voix n’a pas changé d’un poil. Bonga se donne à 110 %. Le lieu absorbe la nostalgie et encourage la légende sur scène. Les gens « Papa Bonga » lui crient dessus. Ce n’est plus un concert ordinaire. Ici, un père revient dans sa famille à qui il a dû manquer trop longtemps. Le va-et-vient amoureux est palpable. L’émotion déferle dans la pièce, mais surtout la joie. Kambua fait danser tout le monde dans la salle. Il est intensément apprécié. Le groupe joue les étoiles du ciel. L’idée panafricaine reste avec les accompagnateurs de Bonga. Le bassiste est mozambicain, l’accordéoniste portugais, le guitariste angolais et le batteur guinéen. Dans l’univers de Bonga, tout le monde est égal et aimé. La Kizomba est pour tout le monde.

Bonga prend son temps et parle au public comme s’il était en visite. Il y a des blagues, des rires. Bonga raconte l’époque où il a lui-même vécu à Rotterdam. Il parle même quelques mots de néerlandais. Les gens oublient les soucis de l’extérieur. Ici, au stade Grounds, un petit miracle se produit. Ici, ce soir, il n’y a de place que pour la musique, la danse, l’amour, l’amitié et un grand sourire sur le visage de chacun. Une soirée à ne pas oublier de sitôt.

“Saudade” alors. La chanson que Bonga a enregistrée avec la défunte Cesaria Evora. Chair de poule quand Bonga arrête la musique et que la salle chante. Une étincelle jaillit. La magie prend le dessus. La nuit est tombée dehors et les gens ignorent le miracle qui se passe à l’intérieur. Magnifique.

Bonga peut continuer à jouer des classiques toute la nuit et c’est le cas. “Mulemba Xangola” , “Olhos Molhados” , “Mukua Ndange” ils passent tous par là. Lentement mais sûrement, cela devient une grande soirée dansante. Plus personne ne reste immobile. Tout le monde en profite au maximum, Bonga en premier. Puis Bonga assène le coup de grâce avec “Frutas de Vontade”. Quelle fête ! Prendre soin de ? quels soucis ? Ce sont pour demain, ou chaque fois que les visiteurs sortiront de ce high commun.

Bonga lance des baisers au public. Il dit qu’il veut revenir bientôt. C’est ce que tout le monde dans la salle veut aussi ! En fait, nous ne voulons pas que Papa Bonga parte. Nous espérons qu’il vivra cent ans et qu’il reviendra bientôt dans sa famille à Rotterdam.

Change consent