Arno passe le flambeau musical à Stromae à Bruxelles

Le grand chanteur Arno Hintjens n’a pas beaucoup de concerts devant lui. Âgé d’à peine 72 ans, le chanteur a été diagnostiqué il y a quelques années d’un cancer du pancréas. La vie que le chanteur a déjà eue ne lui laisse cependant pas beaucoup de repos en ce qui concerne la vieillesse. 6 concerts belges sont prévus cette année, 4 à Bruxelles, 2 dans sa chère Ostende, et la carrière musicale de l’ancien leader de T.C. Matic. Dimanche soir était le deuxième concert de la série, dans lequel il semblait passer le relais musical à la nouvelle génération de l’Ancienne Belgique.

Photo (c) Christophe Dehousse

Après le premier des shows à l’AB la semaine dernière, c’est encore une salle comble le dimanche soir qui est venue voir le vieux tyran. Avec de grandes lettres « Vivre » en arrière-plan de la scène, Arno a clairement indiqué qu’il voulait continuer à célébrer la vie et ne pas se résigner à la mort qui approche. Bien sûr, il s’en occupe; Arno a déjà élaboré en détail le scénario de ses funérailles musicales, mais Arno n’abandonne pas.

Photo (c) Christophe Dehousse

Intimiste, mais impressionnant. C’est ainsi que l’on peut décrire au mieux la première partie du concert à Bruxelles. Avec “Solo Gigolio” en ouverture, suivi de l’ancien T.C. Chanson matic “Elle adore le noir”, le chanteur a continué rapidement pour finalement arriver à “Je veux vivre”, sans doute la chanson titre de sa vie. Arno a bougé du début à la fin et a continué à jouer son rôle à Bruxelles, sans s’apitoyer sur son sort. Et pourtant les larmes sont venues. Avec “Les yeux de ma mère”, si joliment interprété par la chanteuse, personne ne l’a gardé au sec, après quoi Arno a finalement changé de cap et accéléré le rythme.

Photo (c) Christophe Dehousse

Arno a changé et les cordes de guitare ont été presque mal utilisées pour mettre en valeur la violence musicale sur “Meet the Freaks”, de son projet éphémère Arno & The Subrovnicks. Il s’agissait d’un bord complètement différent et Arno a secoué comme jamais auparavant. Pendant un instant, vous n’avez plus remarqué que nous sommes maintenant dans les années 20, et non plus dans les années 80 ou 90 du siècle dernier. Avec “O La La La”, une chanson live rarement jouée de son T.C. L’album de Matic “Le European-Cowboy” a semblé à beaucoup être le dernier concert d’Arno, mais Arno ne serait pas Arno s’il ne proposait pas une grosse surprise.

Photo (c) Christophe Dehousse

Alors qu’Arno est maintenant au crépuscule de sa carrière, il travaille toujours sur la musique contemporaine. Même à 72 ans, Hintjens est toujours à la recherche d’une nouvelle musique pour lui et la légende l’a trouvée au sommet de la musique contemporaine : Stromae. Le nouveau héros de la Belgique musicale a rejoint Arno pour chanter ensemble l’hymne national européen alternatif “Putain Putain”. Une chanson que les deux interprètent régulièrement ensemble depuis 2011.

Photo (c) Christophe Dehousse

Trois chansons encore et c’est vraiment fini à la fin. Arno, avec une carrière de plus de 50 ans, a indiqué deux choses à Bruxelles : premièrement, qu’il ne s’arrêtera que lorsqu’il n’en pourra plus, et deuxièmement, qu’il est prêt à passer le relais à la nouvelle génération. L’amour musical qui coulait des yeux d’Arno et de Stromae a inondé la salle bruxelloise. Et a été reçu avec un amour mutuel.

Photo (c) Christophe Dehousse
Change consent