Robert Plant & Alison Krauss – Raise the Roof

Après l’album “Raising Sand” de 2007, le dinosaure rock Robert Plant et la chanteuse de bluegrass Alison Krauss renouvellent leur collaboration. Pas surprenant, car “Raising Sand” a rendu les gens curieux à l’époque de savoir si une suite artistique serait donnée. Afin d’équiper entièrement l’équipe gagnante d’un Grammy d’il y a 14 ans, sous le nom de ‘ne jamais changer une équipe gagnante’, ce successeur a également été produit par T Bone Burnett. Une garantie pour que le nouveau projet sonne exactement comme son prédécesseur.

Burnett est devenu célèbre en tant que guitariste de Bob Dylan dans les années 1970, et s’est ensuite concentré sur la production de musique dans le coin Americana / Country / Folk du spectre musical. Il est donc logique que Burnett s’occupe à nouveau de la production. Le format/concept de ce deuxième album est également resté inchangé. Plant et Krauss libèrent une nouvelle fois leur magie vocale sur un certain nombre de reprises ‘obscures’, qu’ils retirent complètement dans le présent avec leur combinaison de rock et de bluegrass qui s’emboîte à merveille.

Cette fois, ils ont choisi des reprises du groupe indépendant Calexico au blues primitif de quelqu’un comme la chanteuse de blues Gheeshie Wiley. La force de la collaboration entre Krauss et Plant réside dans le fait qu’ensemble, ils ont la capacité de faire sonner ces chansons comme si elles avaient été écrites hier et ainsi de les faire basculer dans l’univers du public de Noël qui achète des disques.

L’original “Last Kind Words” de Wiley a été enregistré vers 1930 et est connu pour ses parties de guitare inventives. Ceux-ci ont été pas mal traités dans ce version, et on entend aussi un banjo et même quelques percussions sur cette version. La voix blanc crème de Krauss en fait une chanson presque joyeuse, et c’est là que ça tourne mal sur cet album en ce qui me concerne.

Cette chanson a une histoire, est enracinée dans les temps de racisme et de privation sociale et de ségrégation raciale, le thème de la chanson est très lourd. Je trouve que la nouvelle version montre peu de respect pour l’original, comme si Krauss et Plant y avaient prêté peu d’attention, surtout de nos jours. On ne peut qu’espérer que le public aux cheveux blancs qui achètera cet album prendra la peine d’écouter l’original. Quoi qu’il en soit, Wiley a été enterré quelque part dans une tombe inconnue pendant des décennies et les droits de propriété sur la composition ont également expiré après 90 ans, alors pas des souci !

Il y a aussi une nouvelle chanson sur l’album, écrite par Robert Plant avec le producteur Burnett. Sur “High and Lonesome”, Plant est immédiatement reconnaissable comme la célèbre voix de Led Zeppelin. Blues Feel sur une piste rythmique dans laquelle même un arrangement de violins est caché, ce qui n’aurait vraiment pas dû être nécessaire. Cette piste est trop “habillée”. Comme s’il était difficile de faire des choix pendant le processus de production. Le défaut de l’album revient au premier plan. Ou cela aurait-il aussi joué un rôle dans le fait que Plant aimerait vraiment avoir sa propre composition sur l’album? Il rapportera à nouveau de l’argent si celui-ci remporte également un Grammy et vend beaucoup. Je sais, je ne devrais pas le penser, mais quand même.

“Raise the Roof” est devenu une répétition de “Raising Sand”. Bien sûr, je reconnais que les voix de Krauss et Plant, en particulier en duo, sont de la pure magie et c’est aussi la beauté de ce projet. Ce avec quoi je lutte de plus en plus quand j’écoute cet album en particulier, cependant, c’est l’approche principalement blanc crème de la musique. Le  l’héritage musical/social du blues en particulier du sud des USA à l’époque de la ségrégation raciale,  interprete par deux artistes qui ne pourraient pas être plus blancs qu’eux.

Bien sûr, il est bon que l’honneur soit rendu à cette période de la musique américaine. “The Great American Songbook” manquerait sa fondation si des musiciens comme Gheesie Whiley n’y avaient pas droit. J’ai des sentiments ambivalents à propos de cet album, car cet hommage ne passe pas vraiment au premier plan. Cet album est un produit commercial, fait pour recommencer ce Grammy. Il ajoute également peu à l’album précédent.

En conclusion, “Raise the Roof” est un album bien fait. Plant et Krauss forment ensemble un magnifique duo de chanteurs. Sur le plan personnel, j’ai des sentiments ambivalents à propos de l’album, que je trouve également peu à ajouter au précédent “Raising Sand”, tout vient du même tissu. (7/10) (Rounder Records)

Change consent