Omar Pene – Climat

Omar Pene est l’un des porte-drapeaux de la musique sénégalaise. Le pays d’Afrique de l’Ouest est connu pour le mbalax traditionnel et le rôle que sa musique a joué dans le développement de ce que nous appelons en Occident la musique « latine ». Outre Omar Pene, des artistes tels que Youssou N’Dour, Ismael Lo, Baaba Maal, Cheikh Lo et Thione Seck que est malheuresement décédé beaucoup trop tôt, appartiennent à la première division sénégalaise des musiques du monde.

Aujourd’hui, plus de huit ans après son dernier album ‘Ada’ sorti à l’international, il y a un nouvel album d’Omar Pene, sorti sous le titre significatif ‘Climat’ par le célèbre label de musique du monde ‘Contre-Jour’. L’album a été enregistré à Dakar et à Paris avec le guitariste Hervé Samb. Samb est connu comme un guitariste virtuose (jazz) qui a déjà travaillé avec des artistes tels que Marcus Miller, Oumou Sangaré et Salif Keïta. Cette collaboration a abouti à un bel album. La production sonne vraiment comme une horloge et l’album de 9 pistes est magnifiquement arrangé. Non seulement la polyrythmie sénégalaise caractéristique est omniprésente, mais la collaboration avec Samb permet à Omar Pene d’atteindre de grands sommets sur cet album.

Sur ‘Climat’, Pene aborde les grands sujets de notre temps. La pauvreté, la sécurité, la crise climatique, mais il chante aussi son inquiétude sur la façon dont l’humanité en général interagit les unes avec les autres. Cela montre clairement la forme d’islam ouest-africaine orientée vers le soufisme. Nous, humains, sommes tous responsables de notre monde et devons payer ce prix avec responsabilité, vigilance, amour, empathie et pour les croyants parmi nous : la prière. Un message réconfortant que nous devrions tous prendre à cœur.

Immédiatement sur la première chanson ‘Wo Naa La Ko’, qui groove à merveille sur les rythmes du sabar, on entend quelque chose dans l’arrangement qu’on n’entend pas très souvent dans la world music. Un arrangement de cordes. Samb y joue les plus délicieux léchages de guitare et la voix de Pene est plus forte que jamais.

Une autre chanson primée sur l’album ‘Lu Tax’ qui signifie ‘pourquoi’ en wolof, la lingua franca du Sénégal. La chanson est un duo avec Faada Freddy, du groupe de hip-hop sénégalais Daara-J Family, qui connaît désormais un succès mondial. Dans la chanson, les deux abordent le passe-temps national des sénégalais, les potins. Encore une fois, un appel à tous à se donner la main, à prendre la responsabilité de ne pas nuire aux autres de quelque manière que ce soit et de se traiter les uns les autres avec respect.

Le morceau titre ‘Climat’ est l’un des morceaux les plus lents de l’album et contient une sérieuse mise en accusation du changement climatique, de la pollution et du réchauffement climatique. Pene, le relie à la migration et à la pauvreté dans un appel oppressant à nous tous pour prendre notre responsabilité collective. Il est remarquable qu’un appel aussi réfléchi et sincère doit venir d’un artiste qui vient d’un pays qui lui-même ne contribue guère au changement climatique et à la pollution, en fait, est lui-même l’une des plus grandes victimes des conséquences de la gourmandise occidentale.

Avec ‘Fakatal’ il y a un merveilleux point de repos dans l’album, encore une fois magnifiquement arrangé avec accordéon et guitare acoustique, une scène est donnée à la belle voix d’Omar Pene.
Avec ‘Climat’ Pene sort un album plus qu’excellent. Un album qui est plus qu’un beau produit musical. C’est un cri du cœur d’un artiste qui est non seulement conscient du point où le monde est arrivé, mais qui veut sensibiliser les gens à travers sa musique. Malheureusement, les musiques du monde restent un marché de niche, et le grand public préfère toujours écouter de la musique de chaîne sans signification. Prenez juste le temps d’écouter ça. C’est probablement la meilleure sortie de musique du monde de cette année. (8/10) (Contre-jour)
.

Change consent