Diana Ross – Thank You

Diana Ross est l’une des dernières légendes vivantes de la musique pop moderne. Cette diva soul originale a maintenant soixante-dix-sept ans et un nouvel album de la sienne sortira le 5 novembre sous le titre “Thank You”. Pour la jeune génération, ce sera probablement, et tragiquement, la première fois qu’elle entendra Ross. Son dernier album avec du matériel original remonte à 1999 lorsqu’elle a sorti “Every Day is a New Day”. Entre-temps, des millions de personnes sont nées et ont grandi jusqu’à l’âge adulte, ont obtenu le droit de vote et ont leurs propres enfants sans jamais entendre une nouvelle chanson de Diana Ross.

Pour les gens comme moi qui sont dans leur troisième enfance, Diana Ross restera toujours pertinente en raison de ses mérites passés. Tu devais être la chanteuse des Supremes ! Vous n’aurez qu’une carrière solo comme celle de Diana Ross! À mon avis, Diana Ross a fait son dernier tube emblématique et toujours actuel  en 1980, “I’m coming out” de Nile Rodgers, qui est l’une des rares chansons au monde qui vous fait vraiment danser. Rien que pour cela, elle mérite un respect et des remerciements éternels, et pas seulement de la part de la communauté LGBTQ, bien que la Ross ait été négative quant à l’adoption de la chanson par les arc-en-ciel dans le passé.

Maintenant, elle vient avec l’album “Thank You”, qui contient treize nouveaux morceaux, qui ont été chantés par Mme Ross dans son propre home studio. Diana a co-écrit les treize morceaux. Elle l’a fait avec un certain nombre d’auteurs-compositeurs et de producteurs tels que Jack Antonoff que nous connaissons du groupe indépendant The Bleachers, mais qui a travaillé en tant que producteur et auteur-compositeur avec Lorde et Lana del Rey. Freddie Wexler, l’homme derrière par exemple “Stuck with You” d’Ariana Grande & Justin Bieber est egalment present.

Avec le plus grand respect pour ce que Diana Ross a signifié pour la musique, il faut dire qu’il n’est pas nécessaire pour quelqu’un du calibre de Diana Ross de la lancer dans le 21e siècle avec une telle magnitude de production. Diana Ross chante encore les étoiles du ciel aujourd’hui. Incroyable à quel point sa voix sonne toujours aussi bien et immédiatement reconnaissable sur cet album.

Le morceau d’ouverture “Thank You” ramène l’auditeur dans les années 80. La voix. Incroyable. Elle vous fait immédiatement remonter le temps. Pure comme toujours, elle parvient toujours à donner à sa fragile mezzo soprano une sorte de présence si immédiatement reconnaissable. La chanson groove bien et si c’est ce que Ross nous réserve maintenant, alors asseyez-vous et profitez-en.

Malheureusement, ce moment de bonheur dure exactement une chanson, car il est suivi de “If the world just danced”. Quel dragon. Diana Ross est forcée dans un format auquel elle n’appartient pas, dans lequel elle devient également instantanément interchangeable avec n’importe quel autre numéro de danse. Ce n’est rien du tout. Il a fallu pas moins de sept auteurs pour écrire cette chanson!

Alors écoutez plutôt une chanson comme ‘All is Well’, sur laquelle Miss Ross peut briller comme à son habitude. Rétro de l’étagère du haut, dans laquelle elle peut laisser sa voix balancer. Une piste conforme à toutes les lois. Des lois qui s’appliquent aux plus grands succès de La Ross depuis des décennies.

Si nous regardons l’album complet, alors la conclusion doit être que l’album surpeuplé de producteurs et d’écrivains douteux, qui font leur bit dur en travaillant avec Diana Ross, a trop peu de ces moments où Diana est vraiment elle-même. Le matériel de chanson qui lui est présenté n’est pas non plus assez fort partout, de sorte que l’album n’est pas devenu un tout cohérent.

“Comptez sur moi”, qu’elle a écrit avec sa fille Rhonda Ross, a juste la bonne qualité kitsch pour en profiter. En conclusion, il faut dire que Diana Ross ne s’est pas détériorée de manière audible, et c’est toujours une joie de l’entendre chanter. L’album n’est certes pas mauvais mais est plus rétro que nécessaire pour faire un vrai retour en force.

Le monde devrait simplement être heureux et reconnaissant qu’il y ait même un nouvel album de Diana Ross en 2021. Ceux qui ont l’occasion de la revoir en direct en 2022, comme au prochain festival de Glastonbury, seront étonnés de ses qualités vocales et non on se souciera de ces nouvelles pistes. Si La Ross y met “Thème de Mohagony”, la prairie deviendra calme. Si Nile Rodgers mont sur scene pour jouer “I’m coming out”, je me lèverai et danserai. Diana Ross est une légende vivante. Cet album n’y changera rien. (7/10) (Decca)

Change consent