Supergrass s’avère intemporel avec l’album “In It For The Money”

Le groupe britannique Supergrass a fait une percée mondiale en 1995 avec “Alright”, le dernier single de leur premier album “I Should Coco”. ‘Cela aurait été si facile de continuer sur ce point, mais nous voulions plus, plus profondément. Montrez que nous étions plus que cette chanson.’ Cela a abouti en 1997 au chef-d’œuvre “In It For The Money”, un album qui est maintenant (presque) vingt-cinq ans plus tard, en train d’être réédité. Et peut être appelé en toute sécurité intemporelle.

Rob Coombes aime expliquer l’importance de l’album. ‘C’était de toute façon un disque important pour moi parce que c’était mes débuts avec Supergrass.’ Son frère, chanteur, guitariste, leader et visage du groupe Gaz en tant que claviériste lui a demandé de rejoindre Mick Quinn (basse) et Danny Goffey ( tambours). ‘C’était aussi clairement un disque différent de celui de son prédécesseur “I should Coco”.’

‘Bien que certains groupes puissent opter pour une copie d’un album à succès, nous voulions juste continuer à changer’, poursuit Rob. ‘Vous cherchez et essayez de nouvelles choses, ne vous attardez pas trop sur notre succès.’ Probablement parce qu’ils ont eu du succès avec ce premier disque et surtout avec le single “Alright”. ‘Mais nous voulions être plus que l’image joyeuse et adolescente qui reste de cette chanson et du clip. Même si je pense toujours que c’est une super chanson pop.’ Donc, le deuxième album “In It For The Money” devait être différent. ‘Pas radicalement différent, mais plus dynamique, plus en phase avec nos propres idoles, comme Pink Floyd et David Bowie. Peut-être aussi plus sérieux, mais certainement toujours avec humour.’ Comme dans le titre de l’album. ‘C’était ironique. Mais ce n’était pas censé être une grande déclaration ou quoi que ce soit. Même s’il était parfois recherché.’

Rob se souvient très bien du tournant important de l’album. ‘Nous faisions la démo de “Richard III”… et nous nous sommes tous dit : ‘Ça y est, ça va être ça ; ce son, ce sentiment. On n’en parlait pas, c’était juste arrivé.’ C’était le début d’un album dans lequel, en plus du sombre et lourd “Richard III”, il y avait aussi de la place pour l’espoir “Sun Hits the Sky” et le luxuriant, désirant “Late In The Day”. Riche et varié, dans les sensations et le son.’ Rob est toujours fier et n’ose pas appeler cela un album typique des années 90. ‘Comme vous le savez, nous rejouons depuis deux ans, comme une réunion. Et dans les concerts les plus récents, nous jouons surtout plus de chansons de “In It For The Money”. Avec certains, j’ai l’impression qu’ils prennent du poids maintenant plus qu’autrefois.’

L’aspect intemporel s’insinue dans la conversation de manière invisible. ‘Tout comme ma fille. Elle écoute toutes les nouvelles musiques, bien sûr, mais son album préféré est “Wish You Were Here” de Pink Floyd ; enregistré bien avant sa naissance. Je pense que c’est fantastique si nous ne sommes pas seulement façonnés par le présent, mais par toutes les bonnes choses de l’histoire de la musique. Je suis moi-même obsédé par le début des années 70, mais je suis aussi très ouvert à d’autres périodes et styles.’ Les retrouvailles offrent immédiatement à Rob l’opportunité de revenir sur sa propre carrière. ‘J’ai enfin la tranquillité d’esprit de le faire. Au début, tout allait si vite. Et à ce jeune âge, j’étais aussi moins concentré sur ce que je faisais. Maintenant, heureusement, tout se met en place et je vois les grandes choses que nous avons faites.’ Ou comme Rob le dit en anglais typique : ‘J’ai vraiment apprécié cette deuxième bouchée de cerise… ‘

Bien que “In It For The Money” puisse sembler intemporel, il ne pourrait pas s’agir d’un album de Supergrass en 2021. ‘Si nous pouvions fantasmer que Supergrass ferait maintenant un nouvel album, cela sonnerait en effet différemment. Tout simplement parce que chaque album a sonné différemment. Un album était toujours le reflet d’une certaine période, avec une certaine évolution. C’est venu naturellement, sans aucune contrainte ni but.’

Rob est très inquiet de savoir si du nouveau matériel sera publié. ‘C’est toujours une réunion qui a commencé il y a deux ans. Après vingt-cinq ans de “I Should Coco”, Danny a eu l’idée de se produire à nouveau ensemble. Nous étions tous immédiatement excités.’ Après neuf ans, les quatre étaient de retour sur scène et dans les festivals. ‘C’était fantastique de rejouer l’œuvre existante partout dans le monde. Le déclic était juste là, familier comme toujours.’ Il y aura bientôt une nouvelle tournée prudente, pour l’instant, seuls les concerts sont annoncés au Royaume-Uni. ‘Malheureusement, d’autres lieux et festivals sont toujours en attente.’

En attendant, bien sûr, il y a déjà beaucoup de matériel, dont six albums studio. D’un groupe qui, selon Rob, ‘n’a pas l’intention de faire passer un message, à part un groupe d’amis d’école qui font de la musique et divertissent les gens. Avec beaucoup de plaisir et de plaisir. Au moins, j’espère que cela paraîtra de cette façon au public, alors c’est notre message…’

Il en va de même pour la réédition de “In It For The Money”. Pas seulement une réédition, mais une collection de 3 CD avec 53 titres : l’album original remasterisé et deux CD avec des faces B, des raretés, des extraits et des morceaux live, dont beaucoup n’ont jamais été publiés auparavant. ‘Mais ne m’en demande pas trop là-dessus. Mick, notre batteur, a réglé ça.’ Interrogé sur les chansons les plus typiques de l’album, Rob est très clair. ‘”Sun Hits The Sky”! C’est un joli résumé de l’album, du sentiment qu’il véhicule, du processus créatif en studio. Mais personnellement, c’est aussi mon entrée de synthétiseur dans la chanson. Et à côté de ça, je citerais “Richard III”. C’était juste une super chanson. Et, comme je l’ai dit, un tournant naturel dans notre carrière…’

Une carrière riche pour un groupe qui s’appuie désormais principalement sur du matériel ancien. Avec des retrouvailles et la réédition de luxe de “In It For The Money”. Un album qui sonne remarquablement intemporel vingt-cinq ans plus tard. Et a plus de goût. Mais y en aura-t-il plus ? Rob est diplomate : ‘Pour le moment, ce ne sont que des retrouvailles, c’est tout ce que je peux dire…’. Nous sommes patients… Et en attendant, nous continuons à profiter de Supergrass.

Change consent